Marguerite : la traversée

Écouter sur
Catégorie

Documentaire

Équipe de création

Conception, texte et narration : Émilie Monnet
Musique : Laura Ortman et Alexis Elina
Narration : Mani Soleymanlou
Réalisation : Julien Morissette
Visuel : Simon Guibord
Montage et mixage : François Larivière
Prise de son supplémentaire : Simon Riverin, Greg Hill
Assistance à la scénarisation : Letícia Tórgo
Production : Letícia Tórgo et Stéphanie Laurin
Direction administrative : Gestion Dumont St-Pierre

Partenaires

Marguerite : la traversée

Lors d’une visite touristique du Montréal autochtone, Émilie entend pour la première fois le nom de Marguerite Duplessis. Au coin des rues St-Sulpice et St-Paul, elle écoute l’histoire de cette jeune femme, qui, en 1740, est la première esclave et la première Autochtone à avoir recours à la justice pour faire reconnaître sa liberté. Alors pourquoi le nom de Marguerite Duplessis est-il inconnu de tous? À la suite de cette découverte, Émilie n’a de cesse d’en apprendre plus sur l’histoire de Marguerite Duplessis. Son enquête la mène à la rencontre d’historien·ne·s, de spécialistes, d’activistes, qui lui en apprennent davantage sur l’histoire occultée de l’esclavage en Nouvelle-France et plus particulièrement celle de l’esclavage des Autochtones.

Dans les médias

« Depuis toujours, elle s’intéresse à l’histoire et aux questions d’identité. « L’art permet de résister à toute forme de catégorisation en conciliant toutes mes identités. Mon identité est plurielle, tout comme l’identité autochtone, qui ne peut pas rentrer dans une seule petite boîte. Je ne parle d’ailleurs jamais au nom des peuples autochtones. Je parle en mon nom, c’est tout. L’art fait éclater les frontières, il décloisonne. C’est pour cela que je m’y sens à ma place. »

– Émilie Monnet en entrevue avec Stéphanie Morin, La Presse, 19 février 2022

« En quatre épisodes habilement ficelés, ponctués de précieux témoignages d’expert.e.s, son balado raconte l’histoire de cette pionnière [Marguerite, «la première esclave ainsi que la première Autochtone en Nouvelle-France à avoir entrepris des démarches judiciaires pour obtenir sa liberté. Elle est une héroïne malheureusement absente des livres d’histoire. »], une des premières activistes autochtones en Amérique du Nord. »

– Marie-Lise Rousseau, Journal Métro, 4 janvier 2022

« L’artiste multidisciplinaire anichinabée Emilie Monnet s’est penchée sur cette femme d’exception qui s’est battue pour ses droits à une époque où l’esclavage en Nouvelle-France était bien présent. »

– Alicia Rochevrier, Radio-Canada ICI Québec, 4 janvier 2022