Jean-Marc Dalpé

Avec ses œuvres puissantes au souffle unique, le dramaturge Jean Marc Dalpé enrichit la scène théâtrale du Québec et de l’Ontario depuis 40 ans. Après un baccalauréat en art dramatique de l’Université d’Ottawa, le Franco-Ontarien poursuit sa formation au Conservatoire de Québec. Dans les années 1980, à Sudbury, au Théâtre du Nouvel-Ontario, il présente sa pièce Le Chien qui remporte le Prix du Gouverneur général en 1988. Il rafle les mêmes honneurs en 1999 pour le recueil Il n’y a que l’amour et en 2000 pour son premier roman, Un vent se lève qui éparpille. Collaborateur et complice de longue date de La Manufacture et auteur en résidence pendant près de 10 ans à La Licorne, l’auteur des pièces Eddy (1994) et Lucky Lady (1995) signe pour la compagnie Trick or Treat (1999), Août – Un repas à la campagne (2006-2007), œuvre qui lui vaut le Masque du texte original, et La Queens’ (2019), en plus de traduire la pièce The Dark Things (Débris) d’Ursula Rani Sarma, en 2015. Toujours pour le théâtre, il adapte de nombreuses pièces étrangères dont Blasted de Sarah Kane, ainsi que Hamlet et Richard III de Shakespeare, auteur dont il a récemment traduit et adapté une partie de l’œuvre pour créer ROME, un spectacle qui sera présenté en avril 2023 à l’Usine C. En tant que comédien, il s’est récemment illustré dans la pièce Le Wild West Show de Gabriel Dumont (2017-2018), dont il est l’un des co-auteurs. Au petit écran, il a créé la télésérie Temps dur (2004). L’Université d’Ottawa a conféré à Jean Marc Dalpé un doctorat honoris causa pour l’ensemble de son œuvre. Il est également membre de l’Ordre des francophones d’Amérique depuis 1997 et de l’Ordre du Canada depuis 2020.